Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Amanda, naissance d’une dévergondée (3)Paris, Septembre 2017Hello hello,J’avais six ans environ la première fois, en classe de CE1. Je n’avais pas trop idée du bien ou du mal à l’époque. J’étais bien trop jeune pour me poser ce genre de question… Maintenant avec l’âge, dans le milieu dans lequel je grandis, je suis contente de ne pas en avoir parlé à l’époque, d’avoir gardé ce secret.Maintenant je suis contente de l’avoir fait, je sais que j’aime ça et c’est quelque chose que je fais assez naturellement à présent.J’aime embrasser des demoiselles, sentir leurs lèvres délicates se poser sur les miennes, la fraicheur de leur peau, leur parfum léger, regarder leurs courbes magnifiques, leurs fesses et leur poitrine rondes et fermes.Etant enfant, j’embrassais ma meilleure amie de temps en temps, mais exclusivement quand elle venait chez moi, enfermées dans ma chambre, ou chez elle, mais jamais à l’école. On sentait bursa escort bien qu’on ne pouvait pas, que l’on devait se limiter à se tenir par la main comme tous les autres enfants de la cour de recré.On aimait beaucoup jouer au papa et à la maman, s’embrassant et se frottant l’une contre l’autre, parfois sous la couette. Nous ne nous sommes faites surprendre qu’une seule fois, je me suis écartée d’un coup de peur de me faire gronder par ma mère pour aimer embrasser mon amie sur la bouche.C’est la première fois que j’embrassais une autre personne sur la bouche, même pas un garçon. Maintenant, des années plus tard, il m’arrive toujours de regarder des filles.J’ai une amie très proche, Elsa, qui m’a dit un jour être bisexuelle, et qui avait déjà eu une expérience lesbienne au lycée. Elle m’a tout de suite fait saliver, voulant savoir comment cela s’était déroulé.Je suis partie au ski avec elle et bursa escort bayan d’autres de nos amis, nous sortions énormément, l’alcool coulait à flot et nous étions en permanence plus ou moins ivres. Un soir que nous dansions sur la piste, endiablées, tandis que je buvais, une amie me tend sa bouche grande ouverte pour boire aussi. Ayant terminé mon verre d’un cul sec, je n’avais d’autre solution que de lui déverser mon contenu dans sa bouche. Elle a commencé à avaler ce que je lui versais au fond de la gorge. Elle finit malheureusement par tout recracher sur le Tshirt d’Elsa. Celle-ci, faussement énervée contre moi de l’avoir trempée, saisit ma main et la glissa sous son haut, la plaça sur son sein et commença à me forcer à lui masser. Elle me tenait trop fermement pour que je puisse la retirer, et je n’en avais clairement pas envie. C’était la première fois que je pouvais vraiment la toucher escort bursa et ça faisait longtemps que j’en rêvais. Elle était si douce… Sa poitrine généreuse tenait tant bien que mal dans ma main.Je savourais chaque seconde que ma main restait sous son tee-shirt. Je voyais une flamme perverse dans son regard, m’incitant à continuer, à prendre des initiatives sur son corps.Malheureusement quelqu’un a bouleversé ce moment si parfait que nous partagions. Nous étions sur la piste de danse et nous avons continué de danser comme si de rien n’était, mais tout en se tenant par la main ou par la taille. Quand nous sommes sorties nous rafraichir au milieu de la soirée, je l’ai directement plaquée contre un poteau pour l’embrasser. J’avais beaucoup trop envie d’elle, qu’elle me fasse découvrir les plaisirs lesbiens. Je voulais gouter son corps, manger son parfum, la voir prendre du plaisir… Etre surtout celle qui lui donne ce plaisir. Il n’était pas possible de l’imaginer finir la soirée avec quelqu’un d’autre. Nous sommes donc rentrées dormir ensemble dans la chambre que nous partagions pour cette semaine…Affaire à suivre mes amours,Bisoux, Bisoux,Amanda

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir