Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Cumshots

La veuve et le boucBrahim se rhabille sans hâte, totalement détendu par ce long moment passé au hammam. Il enfile un sarouel ample, couvre son torse d’une chemisette sans manches largement échancrée, s’enroule dans sa djellaba. La nuit est en train de tomber. Devant la porte, le vieux mendiant aveugle reconnaît son pas et profère en entendant le tintement d’une piécette devant lui « Tiens, il y avait longtemps que tu n’étais pas venu. Que Dieu te bénisse, Abuukir. »« Abuukir », le bouc en berbère. C’est un surnom rituel qu’il doit depuis son adolescence à ses yeux en amande trop clairs, ses pommettes saillantes, son nez busqué et sa petite barbiche. Un aspect faunesque qui a troublé plus d’une femme se rendant à la fontaine. D’où quelques occasions dont il a su profiter malgré les risques dans cette Kabylie de 1950 où les maris vengent leurs cornes à coups de couteaux ou de fusils de chasse.Il sort du village et gagne les vignobles. La carcasse décapitée est toujours là. Il dégage quelques pierres et retrouve le sac de jute dans le trou de terre où il l’a caché. Avec un sourire gouailleur il reprend sa route en direction de la grande maison blanche qu’on discerne encore dans le crépuscule à un kilomètre de distance.C’est le centre d’un grand domaine viticole, dirigé par une jeune femme d’une trentaine d’année, Sophie Ramirez, que tout le monde appelle « La Veuve » depuis qu’elle a perdu son mari dans un accident de voiture. Elle dirige seule, depuis deux ans, la propriété d’une main de fer. Une bande de bandits d’honneur qui court impunément les montagnes proches a tenté de la racketter. En guise de réponse elle a recruté des gardes armés. Et quand en représailles son meilleur coteau de vigne a été brûlé elle a promis à qui voulait l’entendre qu’elle accorderait tout ce qu’il voulait à celui qui lui rapporterait la tête d’Achaoui, le chef de la bande.Assis à flanc de vigne un garde voit Brahim approcher de la maison. Il n’intervient pas : le type est seul et sans arme, avec juste un petit baluchon. Le visiteur a toute latitude d’arriver à la porte du bâtiment et de frapper avec le marteau de bronze en forme de grappe. Une grosse servante entrouvre l’huis en lui demandant ce qu’il veut à cette heure tardive.Il lui adresse son sourire charmeur qui en a fait fondre plus d’une et lui répond— J’ai une livraison que ta dame attend depuis longtemps. Mais je ne la donnerai qu’à elle.— C’est quoi, Aïcha, s’informe une voix de l’intérieur.— Un homme qui a une livraison pour vous, Madame— Eh bien, fais-le entrerBrahim est introduit dans un petit salon où la maîtresse de maison est en train d’examiner des registres chargés de colonnes de chiffres. C’est la première fois qu’il la voit : une petite rouquine à la peau crémeuse, avec tout ce qu’il faut de rondeurs aux endroits stratégiques et une bouche charnue des plus évocatrices. Elle, de son côté, détaille ce grand gars un plus âgé qu’elle qui ressemble à un satyre échappé d’une sculpture grecque et dégage le même excès troublant de virilité.— Je suis Sophie Ramirez, dit-elle sans quitter son siège ni lui en proposer un. Que veux-tu ?Sa voix ne correspond pas à son physique, elle est un peu trop haut perchée, un peu vulgaire. Le ton est autoritaire, désagréable.— Je m’appelle Brahim et j’ai une information à te donner, mais pas devant ta domestique— D’accord, Aïcha tu sors mais tu restes à portée de voix. Et toi n’oublie pas qu’ici, c’est moi la patronne. Je t’interdis de me tutoyer. Dis-moi vite ce qui t’amène, j’aimerais me coucher bientôt« Là, tu ne vas pas être déçue », pense Brahim, qui reprend à haute voix :— Quand Achaoui a brûlé ta vigne il y a trois mois, tu as promis de donner ce qu’il voudrait à qui te ramènerait sa tête. Alors je suis parti à sa recherche. Pendant des jours j’ai suivi sa trace et celle de sa bande. Et ce matin je l’ai rencontré alors qu’il se promenait seul. On s’est battu au couteau et il a perdu.La veuve en a le souffle coupé et en oublie du coup le tutoiement persistant. Elle se rappelle sa fureur devant ses ceps transformés en charbon de bois, mais sa menace et sa promesse ont été faites sous le coup de la colère et elle n’y pense plus depuis longtemps. Et voilà que ce type vient lui dire qu’il a tué sur son ordre. Et qu’il en rajoute :— J’ai coupé sa tête comme tu le voulais, je l’ai cachée et je suis allé au hammam pour me nettoyer du sang. Ce canlı bahis soir j’en suis sorti et je suis venu t’amener ce que tu demandaisIl brandit le sac de jute sous le nez de la veuve horrifiée. Elle pousse un cri étranglé en apercevant à l’intérieur une grosse boule enveloppée dans un linge souillé. Sans tenir compte de son émoi son visiteur entrouvre ce linge sur une barbe grise prolongeant une masse sanguinolente. C’en est trop pour la jeune femme qui ouvre la bouche pour pousser un hurlement que l’homme arrête en la bâillonnant d’une main ferme.— Tais-toi, femme, si quelqu’un vient il saura que tu as fait tuer ton ennemi et tu auras des ennuis avec les gendarmes— Retire ce sac de sous mes yeuxL’homme hausse les épaules et dépose le sac dans un coin sombre de la pièce.— Non, va le mettre dehors, n’importe où, tiens, dans le bûcher à bois derrière la maison— Après je reviens pour la récompense— Si tu veux, mais emporte cette choseRestée seule, Sophie Rodriguez se laisse retomber sur sa chaise avec un gémissement. La voilà dans de beaux draps. Elle ne pleure pas du tout l’incendiaire qui n’a eu que ce qu’il méritait. Mais ce Brahim lui parait un type dangereux qui a entre les mains le moyen de lui soutirer un maximum d’argent. Elle aurait dû garder la tête et la détruire, mais c’était vraiment au-dessus de ses forces. On verra ça demain. En attendant, que le tueur touche sa récompense et qu’il s’en aille.Elle a retrouvé tout son calme. Un petit secrétaire en acajou renferme un tiroir secret qu’elle fait coulisser. Elle en sort un petit sac en velours bleu où tintent des pièces d’or. Cela devrait faire l’affaire. Le tout est de ne pas faire monter trop vite les enchères.Dès le retour de Brahim elle l’invite à s’asseoir et engage d’emblée la négociation. Il s’est trompé, elle ne voulait pas vraiment la mort d’Achaoui, elle a parlé sous le coup de la colère. Mais s’il sait rester discret, elle est prête à le dédommager en lui versant une somme lui permettant de s’acheter une belle Mobylette.Dans cette Afrique du Nord à peine motorisée, une Mobylette est le rêve de beaucoup d’hommes. Et la veuve s’est gardé une marge de négociation : elle est prête à aller jusqu’à la moto.Brahim ne répond pas, se contentant de la regarder en souriant. La veuve se dit que ce type a dû être sculpté dans un bloc de testostérone pour dégager un tel magnétisme masculin. Ces yeux jaunes, cette tête de faune l’émeuvent jusqu’aux tréfonds. D’autant plus qu’elle est en manque, son amant attitré, un capitaine de l’armée française, étant parti en manœuvres depuis un mois. Elle se gourmande aussitôt d’avoir eu de telles pensées même fugitives alors que ce n’est vraiment pas le moment. Et en plus, fantasmer sur ce paysan du bled…Quand il prend la parole elle n’en croit pas ses oreilles— Tu as bien promis d’accorder ce qu’il voulait à celui qui t’apportera la tête d’Achaoui ? Pour l’instant j’ai faim, sers-moi à manger.Elle est assez sidérée et balbutie— Comme tu veux. Je vais appeler Aïcha.— Non, femme, c’est toi qui me serviras.Cette exigence absurde déclenche chez la veuve un petit rire de gorge mais elle ne proteste pas. Après tout, si ça lui fait plaisir. Elle fait passer Brahim dans la salle à manger, l’invite à s’asseoir et s’absente en direction de la cuisine. Elle revient chargée d’un plateau, dispose un couvert et sert à son invité surprise un navarin d’agneau réchauffé. Debout à côté de lui elle s’amuse à jouer le rôle de la moukère soumise au service de ce grand Kabyle hyper mâle. À peine se souvient-elle encore qu’il a tué ce matin. Pour achever de l’enjôler elle lui verse un verre de son meilleur vin qu’il avale d’un trait avant de s’en faire resservir un nouveau. Du coup elle va prendre sur la desserte un autre verre et trinque avec son hôte.Quand il a fini il se lève, se dirige vers elle, la fixe de ses yeux jaunes qui la remuent toujours autant. Et elle n’en croit pas ses oreilles quand il lui ordonne tranquillement :— Maintenant, femme, montre-moi ta chambre.Il s’attendait à ce que la veuve se rebiffe et n’est pas déçu. Elle proteste de sa voix criarde jusqu’à la vulgarité, disant qu’il n’en est pas question et qu’il peut aller se faire foutre. Elle est d’ailleurs vraiment indignée : dans cette Algérie coloniale la distance qui sépare un simple indigène d’une riche Européenne est immense. Mais elle se souvient soudain du piège bahis siteleri où elle se trouve et se radoucit : la promesse de Mobylette de tout à l’heure se transforme en scooter. Pour toute réponse elle s’entend dire « Tu as promis, j’ai apporté la tête, et tu dois me donner ce que je veux ». Elle le menace d’appeler les gendarmes s’il insiste ce qui le fait carrément rigoler « Appelle, on ira en prison ensemble ».Il la saisit par un bras et sans tenir compte de ses piailleries mêlées de quelques grossièretés de poissarde (la dame a un vocabulaire fleuri qu’elle n’a pas dû acquérir chez les bonnes Sœurs), pousse au hasard une porte de la salle à manger. Elle donne sur un escalier qu’il escalade jusqu’au palier de l’étage, la veuve toujours en remorque. La première porte qu’il rencontre est celle d’une salle de bain, la deuxième ouvre sur un débarras, la troisième est celle de la chambre. Entre deux protestations la veuve a tenté de poursuivre les enchères : au fil des marches le scooter s’est transformé en moto, puis en voiture. En tirant sa proie dans la chambre Brahim lui souffle dans l’oreille « même pas un camion », ce qui déclenche chez elle un éclat de rire strident inattendu.La pièce est vaste et claire, avec en son centre un grand lit encadré d’un joli bonheur-du-jour et d’un gros fauteuil de cuir. Brahim lâche le poignet de la veuve et s’enfonce dans le fauteuil. Elle est debout devant lui en se demandant comment il va s’y prendre. De la manière la plus simple : d’un geste sans équivoque il lui intime de trousser sa jupe.Elle secoue négativement la tête avec résolution. Lui se contente de la regarder en souriant et de refaire le même geste accompagné cette fois d’un claquement de doigts et de ce commentaire prononcé calmement « Tu as promis ce que je voudrais contre la tête. Tu as la tête. Ce que je veux, c’est te niquer. Déshabille-toi ou je m’en charge » Il est passé à l’arabe en cours de phrase et a employé pour désigner l’acte sexuel un mot que tous les Européens comprennent et dont la traduction ne rend qu’imparfaitement la verdeur. La veuve est manifestement estomaquée par la crudité de l’injonction.Il s’attend à ce qu’elle lui saute dessus toutes griffes dehors mais elle se domine, hésite encore un instant. Elle finit par se décider à dénouer sa ceinture en affichant un sourire de défi. Quelques boutons et quelques agrafes sautent. La jupe glisse au sol, bientôt rejointe par le corsage. La patronne du domaine n’a plus sur elle qu’un soutien-gorge et un grand slip blanc en coton. Brahim a rarement reluqué des rondeurs aussi appétissantes. D’un nouveau signe il lui intime de dénuder sa poitrine. Elle s’exécute en prenant tout son temps puis croise ses bras devant son buste sans trop d’empressement.Au passage son vis-à-vis a pu se régaler de la vue de deux seins lourds aux tétins mauves érigés. Toujours souriant il écarte la braguette de son sarouel et exhibe une superbe érection qui fait pousser à la jeune femme un petit cri scandalisé de vaudeville. Elle se retourne vers le lit et tente de se réfugier sous les draps. Ce qui ne convient pas à son partenaire qui la saisit par les chevilles, la ramène vers lui et la maintient campée à quatre pattes au bord du matelas. Il tire vers le bas la culotte de coton, dévoilant un popotin rebondi. Il en a vus de mieux moulés mais celui-ci n’est pas mal du tout, même si le sexe n’est pas épilé contrairement à celui des petites Berbères dont il fait son ordinaire. Après tout peut-être que les veuves ne s’épilent pas : c’est la première de sa collection. Et cette toison intime a l’avantage de prouver que la rousseur de la dame ne doit rien aux artifices. Laissant là ces constatations prosaïques, Brahim pèse sur les reins de la vraie rousse pour la faire se cambrer et l’enfile sans sommation. Un glapissement outré répond à ce manque d’égard.La jeune femme avait pris son parti d’un règlement en nature, d’autant plus que le créancier était loin de lui déplaire. De toute façon, que refuser à un tueur à gage qui a décidé que c’était vous, le gage ? Alors autant profiter largement de l’occasion ! Mais elle s’attendait au minimum à quelques caresses préliminaires. À la place ce faune l’a assaillie ou plutôt l’a saillie comme le bouc auquel il ressemble et la martèle maintenant sans vergogne. À tout prendre, cela vaut quand même mieux que le mois de jeûne qu’elle vient de bahis şirketleri subir où seuls ses doigts sont venus parfois soulager sa solitude. Son capitaine est d’ailleurs un amant assez médiocre qu’elle a choisi par défaut dans cette campagne où les Européens baisables sont rarissimes. Dix fois moins doué que ce grand lascar dont le calibre rigide poursuit en elle sa course victorieuse et réveille des sensations oubliées. Et tant pis si ce n’est qu’un paysan du bled. Qui le saura ?Brahim se délecte de ses plongées répétées dans un fourreau brûlant dont il met l’étroitesse sur le compte d’une longue période d’inemploi (il ignore l’existence du capitaine). Cette veuve est peut-être une mégère, mais c’est un bon coup. Sa peau blanche et soyeuse parsemée de tavelures dégage une fragrance capiteuse. Et c’est une chaude femelle : ses protestations de tout à l’heure se sont transformées en acquiescements ravis mêlés de commentaires salés. Parce qu’en plus elle est bavarde, ce qui l’agace au plus haut point. Il se dégage, la retourne sur le dos, la tire au milieu du lit, se décide enfin à se débarrasser de son sarouel qu’il avait seulement baissé aux genoux. Assis au bord du lit, il joue avec les seins de la dame, palpe son ventre et ses cuisses. Elle s’est décidée à se taire et halète comme un soufflet de forge. Brahim a un dernier regard expert et approbateur sur les appas qui l’attendent. Il se soulève, couvre la veuve et la pénètre dans l’élan. Consentante, elle lève haut les cuisses et noue ses jambes autour de ses reins. C’est la manifestation d’une reddition sans condition mais aussi une façon de ralentir la cadence du mâle pour prolonger la durée de l’étreinte.Liant ses bras autour de son cou, elle cherche sa bouche qu’il lui refuse et souffle alors dans son oreille un « longtemps » péremptoire. Mais son chevaucheur est manifestement peu disposé aux mignardises d’alcôve. Il se dégage, se campe sur les bras et entreprend de la régaler de grands coups de boutoir que saluent des piaulements montant crescendo. Au moment où il sent qu’elle va jouir il la retourne comme une crêpe et d’une main experte lui distend la croupe. Elle rue, tente de se dégager mais il pèse de tout son poids sur elle et l’encule à sec malgré ses trépignements et ses insultes. Sans en tenir le moindre compte il lui administre un va-et-vient continu qu’elle accompagne bientôt de petits geignements qui ne sont manifestement pas dus à la douleur. Un feulement aigu salue la bordée finale.Brahim finit de décharger et se laisse lourdement retomber sur le dos pendant que la femme file vers la salle de bain attenante à la chambre. Il l’a bien foutue, la veuve, ça lui apprendra à jouer à l’Ange de la mort de sous-préfecture. Il se redresse, s’essuie tout le corps avec le drap du lit, renfile son sarouel, allume une cigarette. Au moment où il se dirige vers le fauteuil où il a jeté sa djellaba il a la surprise de voir la rouquine jaillir du cabinet de toilette vêtue d’une nuisette rose de starlette de cinéma décolletée jusqu’au nombril. Il n’y manque même pas les chaussons assortis et le ruban dans les cheveux. Très à l’aise elle se dirige vers lui et lui demande s’il est intéressé par une petite collation avant de se remettre au lit.Manifestement la belle a apprécié la séance et en redemande. Un peu déconcerté (ce n’était pas prévu dans son scénario) Brahim prétexte une obligation tôt dans la matinée qui l’oblige à filer et en guise d’adieu gratifie sa conquête d’une bonne claque de propriétaire sur le cul, ce qui lui vaut un « Ça va pas ? » revêche. Il déboule l’escalier, sort dans la fraîcheur de la nuit.Après un petit somme réparateur sous un olivier il marche vers le village aux premières lueurs de l’aube. Dans les vignobles la charogne du bouc égorgé et décapité la veille commence à sentir. Il rigole tout seul en pensant à la tête que fera la veuve quand elle se décidera à vraiment regarder dans le sac et qu’elle verra que la barbichette grise est celle d’un caprin. Au moment de s’éloigner, il s’entend héler :— Salam, Brahim Achaoui. Que fais-tu ici ? Je te croyais dans la montagne avec ta bande.Il reconnaît Youssouf, un vieux berger de ses amis.— Salam, Youssouf, j’y retourne. J’avais juste une petite affaire à régler. Il faut aussi que je te paie ce bouc qui faisait partie de ton troupeau et que j’ai tué hier.— C’est justice. Mais ne reste pas ici, les gendarmes te cherchent et cette garce de veuve réclame toujours ta tête à cause de la vigne que tu as brûlée.Achaoui éclate de rire :— Ne t’en fais pas pour la veuve. Elle a eu la tête du bouc. Et sa queue en prime !

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir