Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Asian

LE CHEPTEL DE MADAME chapitre 8 Pierre suiteLE CHEPTEL DE MADAME chapitre 8 Pierre suiteMarion avait dit d’un ton volontairement cassant « Bon, tu vas rentrer préparer tes affaires, je vais te confier la paire de chaussures que je porte, tu es autorisé à renifler l’intérieur, à les lécher, à te branler devant en pensant à nous mais à genoux. Demain matin à 9h je passerai te chercher en voiture, tâche d’être prêt et à l’heure, j’ai horreur d’attendre !  Reste à genoux, tends tes mains»Elle s’était déchaussée, avait posé les précieux escarpins sur les mains tendues de Pierre. « Tu me suis, toujours à genoux, c’est la règle ici en notre présence, je vais te ramener chez toi ». Elle sortit, Pierre à genoux derrière elle. «Allonge-toi sur le tapis, le nez dans mes escarpins » ordonna-t-elle en le faisant monter dans la voiture à l’arrière. « Oui Maîtresse Marion » De tout le trajet, il ne décolla pas le nez de l’intérieur odorant des escarpins. « Merci Maîtresse Marion, à demain Maîtresse Marion » dit-il en descendant de voiture portant précieusement la paire d’escarpins vénérés dans un sac que lui avait tendu Marion.De retour elle raconta le trajet à Claire « Il connaît visiblement les usages, il a dû regarder pas mal de vidéos fétichistes je pense  Il fera un très bon esclave de pieds en plus d’un bon cuisinier ! »Comme prévu le lendemain elle alla chercher Pierre. Il avait assez peu d’affaires à emporter. Il passa prendre congé de sa logeuse lui expliquant qu’il avait trouvé un travail de cuisiner logé, que son successeur chez le traiteur était intéressé par la chambre. La logeuse lui permit de laisser les quelques affaires qu’il n’emportait pas immédiatement dans un débarras.Pendant qu’il chargeait la voiture, elle prit Marion à part : « C’est un gentil garçon, très timide et un peu bizarre, je n’ai jamais vu de jeune fille chez lui ce que je lui avais pourtant permis. Je suis contente qu’il ait trouvé ce travail » « Soyez tranquille, ma patronne et moi nous prendrons soin de lui » promit Marion pensant : Si elle savait … ce n’est pas au genre de soin auquel elle pense qu’il aura droit … » Une fois la voiture sur le chemin du domaine, Pierre sortit du petit sac les escarpins laissés la veille par Marion. Elle s’arrêta au bord de la route, les examina attentivement. Ils brillaient comme s’il étaient neufs. « J’espère que tu les as fait briller avec ta langue ? » « Oui Maîtresse, entièrement nettoyés à la langue » « C’est bien tu es un bon soumis. Tu vas les tenir sur tes mains à bout de bras pendant le trajet et fais attention à ce qu’ils ne tombent pas, j’en serai akdeniz escort fâchée. » Le trajet fut un calvaire pour Pierre qui eut toutes les peines du monde à ne pas plier les bras sous le poids des escarpins et à les empêcher de tomber.Arrivés au domaine, Marion récupéra ses escarpins et dit « j’ai à faire, Madame t’attend au salon ». Pierre alla saluer respectueusement à genoux Claire en posant les lèvres sur ses chaussures. Marion revint avec Hubert en laisse « Il va t’aider à décharger et monter tes bagages…». Ce fut assez rapide et exécuté sous la surveillance de Marion. Pierre essaya bien discrètement de questionner Hubert mais celui ci ayant reçu la consigne formelle de ne pas dire un mot ne répondit pas. Une fois les affaires installées, Pierre, Hubert et Marion redescendirent au rez de chaussée. Marion emmena Hubert à sa place habituelle à la cave où elle l’attacha avec les lourds fers et le collier récemment installés. Elle remonta au salon. Pierre attendait à genoux près de Claire.Marion s’adressa à Pierre : « Va à la cuisine, prépare nous le repas de midi pour trois, tu verras ce que tu peux faire pour aujourd’hui avec ce qu’il y a. Par la suite tu me diras ce qui manque et ce dont tu as besoin. Je ferai les achats nécessaires. Il y a l’interphone si tu as besoin me demander quelque chose. J’ai laissé une liste sur la table de la conduite à avoir en présence de tes Maîtresse et de nos invitées. La même est affichée dans ta chambre, tu devras l’apprendre par cœur»Pierre embrassa les pieds de ses Maîtresses et partit à genoux vers la cuisine. Ce n’est que dans le couloir qu’il se permit de se relever. Il s’affaira de son mieux après avoir fait le tour de la cuisine bien équipée pour repérer les instruments et les denrées disponibles. Bien qu’il y ait peu de choses disponibles, il avait à cœur de proposer le meilleur pour satisfaire ses nouvelles patronnes et Maîtresses. Vers onze heures trente, l’interphone sonna : C’était la voix de Madame « Mets la table pour trois personnes à la salle à manger et viens ensuite au salon nous servir un apéritif whisky, porto, eau gazeuse, amuse-gueules » Il avait eu le temps de commencer à lire les consignes.Il mit la table ce qui lui prit pas mal de temps, obligé qu’il était de chercher dans tous les meubles où étaient les couverts, assiettes et autres. Il prépara ensuite le plateau d’apéritif et alla au salon. Devant la porte il se mit à genoux selon les consignes et entra pour poser le plateau sur la table basse. Outre ses Maîtresses, il y avait une 3ème femme au salon assise dans un fauteuil. mezitli escort Il ouvrit des yeux ronds en voyant sa tenue toute en cuir et ses cuissardes. Il se rappela qu’étant l’invitée, c’est d’abord à elle qu’il devait rendre hommage. Il se mit à genoux devant-elle, posa les lèvres sur le bout des cuissardes et attendit.Claire à qui n’avait pas échappé l’étonnement admiratif de Pierre fit les présentations : « Pierre, voici Maîtresse Margot une amie dominatrice professionnelle qui vient parfois nous rendre visite, Margot voici Pierre notre nouveau cuisinier entre autres». Margot prit le menton de Pierre dans sa main gantée, le releva lentement et le serra. Elle le regardait fixement. Sous son regard perçant, Pierre se mit à trembler. Il articula péniblement « Je suis votre dévoué esclave, Maîtresse ». Margot lâcha enfin son menton, il baissa aussitôt les yeux. Ravie de l’effet produit, Margot répondit d’une voix hautaine « C’est bien, esclave, je saurai m’en souvenir »Tout aussi ravie de l’effet produit qu’elles avaient escompté en préparant cette rencontre Claire ordonna « Sers nous à boire, maintenant ! Whisky et glaçons pour moi » « Porto pour moi sans glaçons » dit Marion. « Whisky eau gazeuse pour moi » termina Margot. Pierre fit le service toujours à genoux bien sûr. Il présenta ensuite l’assiette d’amuse-gueules en commençant par Margot.« Retourne à ta cuisine, tu as un texte à apprendre, On te sonnera pour le repas » lui ordonna Marion. Il sortit à reculons et regagna sa cuisine encore sous le choc de la rencontre avec Margot. l avait été à genoux devant une vraie domina professionnelle comme dans ses rêves, elle lui avait saisi le menton, elle lui avait parlé !« Eh bien on peut dire que tu lui a fait une sacrée impression. J’ai cru que sa mâchoire allait se décrocher quand il t’a vue ! » dit Claire. « Oui, j’ai vu, un tel mélange de peur et d’adoration dans ses yeux ! J’adore faire cet effet à mes soumis » répondit Margot. Marion raconta l’attitude de Pierre dans la voiture avec les escarpins. « Vous avez fait une superbe acquisition et cuisinier en plus ! » conclut Margot. Marion alla chercher Hubert à la cave puis elles se rendirent à la salle à manger et sonnèrent Pierre qui arriva pour les servir. Tâche malaisée à genoux dont il s’acquitta avec les honneurs tout au long du repas. Durant tout le repas, Hubert était sous la table, récupérant dans un bol les restes que les trois femmes jetaient négligemment. Pierre le regardait, surpris, du coin de l’œil. Marion lui expliqua qu’il était puni, que ces restes étaient son repas yenişehir escort du soir. Elle se garda de lui dire aussi qu’avant de manger, il devrait aller demander à toutes les Maîtresses présentes de bien vouloir se soulager dans le bol !Le repas terminé, Marion envoya Hubert à la cuisine faire la vaisselle et tout ranger. « Ça fait partie de ses corvées »expliqua-t-elle à Pierre. « Toi, tu rejoins Madame et Margot au salon » La vaisselle, le rangement et le nettoyage de la cuisine terminés Marion ramena Hubert et son bol à la cave et en profita pour remonter avec ‘Sophie’ que Margot avait amenée et enchaînée là en arrivant.En entrant elle vit Pierre à genoux près de Margot qui jouait négligemment à le pincer un peu partout entre ses ongles acérés tout en discutant avec Claire comme si elles étaient seules. Pierre regardait Margot les yeux éperdus d’admiration. Margot racontait pourtant de sévices infligés à ses clients-esclaves, parfois interrompue par Claire pour demander une précision. Cela aurait dû faire frémir Pierre mais il était dans un autre monde tout à son admiration pour Margot. Elle lui flattait parfois la tête comme on fait à un chien.Il ne s’était même pas aperçu du retour de Marion. Ce n’est que lorsqu’elle dit « Margot, je t’ai ramené ta Sophie qui s’ennuyait à la cave » qu’il vit Marion et surtout ‘Sophie’ debout à côté d’elle vêtu en écolière modèle : perruque blonde à nattes, énorme sucette de bébé pendue au cou, brassière à carreaux écossais rembourrée par d’énormes faux seins, micro jupe du même tissu qui laissait voir une cage de chasteté, bas blancs jusqu’au genou ornés d’un nœud rouge, souliers plats vernis noirs. Pierre était encore en train de détailler, abasourdi, le costume de ‘Sophie’ quand Margot se leva, gifla ‘Sophie’ à toute volée « Alors ‘Sophie’, on oublie tous ses devoirs, on ne salue pas les dames ? » Pierre vit alors ‘Sophie’, la perruque de travers venir faire une révérence devant Claire, s’agenouiller à ses pieds et dire d’une voix de petite fille « Pardon, pardon, Madame ! »« Ça suffit, vilaine fille, on rentre » dit Margot en fourrant la sucette dans la bouche de ‘Sophie’ tout en regardant Pierre qui suivait la scène incrédule.Devant la tête que faisait celui ci, Marion expliqua« ‘Sophie’ est un soumis de Margot qui lui sert de bonne à tout faire et qui va passer un mauvais quart d’heure, très cruelle parfois Margot quand on lui désobéit… Monte dans ta chambre, apprend les règles par cœur, on t’appellera pour le dîner ». Après le dîner, Pierre passa la soirée à sucer et lécher longuement les orteils de ses Maîtresses affalées dans le sofa. Sa première nuit se passa à rêver de ses Maîtresses et surtout de Margot. Malgré l’envie, il n’osa pas se branler ayant lu que c’était interdit et passible de punition si les Maîtresses s’en apercevaient .A suivre … Le cheptel chapitre 9 le chien

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir