Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Amateur

Retrouvaille sA l’adolescence, j’avais trois très bonnes copines avec lesquelles je faisais le quatre cents coups. Nous étions vraiment très intimes.Au début, j’étais surtout proche de Sophie. Nous découvrions notre corps ensemble et c’était d’une douceur et un érotisme inconcevable à la l’époque. Régulièrement au collège, nous nous faisions traiter de gouines. Nous trouvions ça humiliant. Moi, j’encaissais mais pas Sophie. Ces humiliation incessante ont fait que tout en restant amies, nous avons cessé nos relations intimes. C’est suite à cette histoire que je suis devenue amie avec Katia et Marina. Sophie étant également copine avec elles, a permis de resserré des liens qui s’étaient quelque peu rompus. Nous formions un girls gang en quelque sorte et ne rentrait dans notre cercle que les mecs ou les filles qu’on jugeait à la hauteur. Puis les études, les parents qui déménagent, la vie quoi, nous a séparé. J’ai connu de mon côté des expériences diverses, riches en émotions et découvert pleins d’aspects de la sexualité. Un soir, en entrant dans un café, j’entends une voix qui m’étais familière. Je me retourne et qu’elle surprise ! C’était Sophie, mes premier émois d’ado. Cinq ans c’était passés sans se voir. Quel choc, quel joie intense de la revoir, j’en aurais pleuré. Nous nous sommes jeté dans les bras l’une de l’autre et sans complexe, nous nous sommes embrassé sur la bouche en public. Mais maintenant on s’en fout de ce que pensent les autres. Elle est encore plus jolie maintenant que c’est une jeune femme épanouie.Nous arrosons nos retrouvailles au champagne et nous discutons de ces années où nous nous étions perdues de vue. Elle me demande :« Tu n’a revu personne de notre bande ? »« Non et c’est bien dommage ! »Toute enjouée elle me dit :« He bien viens passer une semaine avec nous à St Germain ! Katia et Marina seront là ! Elle vont être folle de joie de te revoir ! » C’est en pleurant de joie que j’accepte. Moi qui croyais qu’elles m’avaient oublié depuis tout ce temps. Le rendez- vous est pris pour la semaine d’après. Sophie vient me chercher en voiture et là quelle joie de revoir Katia et Marina. Nous nous sautons au coup, on se fait des bécos, on rigole comme des gamines. Le girls gang est reconstitué. Nous voilà parti pour une semaine de folies entre filles.  Durant le trajet, nous parlons de nos différentes expériences sexuelles durant ces cinq dernières années. Même si les retrouvailles sont enjouées, je dois avouer que j’ai un peu peur d’être déçu et de ne pas retrouver la complicité dan-temps. Je suis toute excitée lorsque nous arrivons à la location. Nous nous installons et le soir, nous dînons tous ensemble dans la salle à manger. Ce n’est pas seulement de grandes retrouvailles pour moi, mais aussi pour elles. Nous arrosons un peu trop ces retrouvailles et en fin de soirée, sans chichi, comme au bon vieux temps, nous nous déshabillons et nue nous passons bahis firmaları quasiment toute la nuit à parler. C’est génial, c’est comme si rien n’avait changé. Nous rions, nous nous lançons des vannes comme dans le temps. Nous ne pensons même pas à nous cajoler mais rien ne presse.Les jours suivants sont idylliques. Je retrouve non seulement mes amies d’enfance, mais la joie des plages naturistes de St Germain. Le temps est magnifique et nous passons nos journée à nous baigner et à jouer sur la plage. Les autres occupants nous regardent amusés et je pense que certains mecs doivent avoir d’autres idées en voyant quatre nanas à poil gambader et faire les folles.Nous passons un très bon moment tous ensemble. Nous rions, nous nous amusons, nous nous éclaboussons. Fatiguée de nos ébats amicaux, mais aussi excitée, je sors de l’eau pour me sécher et bronzer. Je regarde mes amies s’ébattre dans l’eau et des fourmillement caractéristiques envahissent mon ventre. A ce moment, je remarque que des mecs matent mes copines et semblent parler d’elles. Je me demande bien ce qu’ils ont en têtes. Bref, je n’y pense plus et le soir nous allons nous coucher dans nos chambres respectives. Alors que je commence à m’endormir, quelqu’un frappe à la porte.« C’est qui ? » m’exclamé-je, un peu agacée.D’une voix feutrée, j’entends :« C’est Sophie ! Je peux entrer ? »« Oui, bien sûr ! »Quand la porte s’ouvre, je devine sa nudité. Elle est superbe. Elle referme doucement, sans bruit la porte derrière elle et me dit :« Tu sais, nous nous sommes connus gosses et avons eu des moments intimes ensemble. Maintenant, nous sommes des femmes épanouies. J’ai du mal à rester indifférente. Tu es magnifique et ….. »Je ne la laisse pas continuer et je me lève pour l’embrasser amoureusement. Elle me rend aussitôt mon baisé. Aussitôt, nous nous allongeons sur le lit et commençons un 69 torride.Mon cœur s’emballe, sa chatte , sa cyprine, je déguste avec tant de plaisir son intimité. Sophie n’est pas en reste et me prodigue un plaisir indicible en me suçant le clito. A nouveau, comme cinq ans auparavant, nous redécouvrons nos corps de jeunes femmes. j’explore les recoins les plus intime de son coquillage comme une gamine qui découvre le saphisme. Nous nous abandonnons l’une à l’autre avec un bonheur retrouvé.Nos ébats sont un peu trop bruyant. Éveillées par nos couinements, Katia et Marina ont entrouvert la porte et et Katia et nous lancent :« Petites cochonnes ! Ca vous manquait tant ? »Katia continue :« Je ne savais pas que vous étiez assoiffées de sexe à ce point ! »Et Marina en éclatant de rire :« Oui de vraie petites lesbiennes en chaleur ! Ces petites salopes auraient pu nous inviter au bal ! »Leurs interventions nous on coupé nos envies et nous restons figées en les voyant entrer dans la chambre.Katia nous dis :« Mais les filles ne vous gênez pas pour nous continuez ! »Alors qu’elle nous parle, elle pose kaçak iddaa sa main sur le haut de ma cuisse. Katia nous sourit en déplaçant sa main vers mon abricot trempé de la salive de Sophie et de ma cyprine. Instinctivement, j’ouvre mes cuisses. Lé elle nous dit :« Les filles, vous n’allez pas faire les mijaurée avec nous ?  Continuez vos ébats. Marina et moi en avons envie aussi ! »Elle met un doigt de mon vagin. J’émets un feulement de plaisir. Elle retire son doigt pour goûter ma cyprine et en fait profiter Marina. Elle se met à genoux entre les cuisses de Marina et se met à lui bouffer le minou. Devant ce spectacle, nous recommençons à nous caresser.Nous avons continué notre 69 pendant que Katia donne du plaisir à Marina. Sentir sa langue douce glisser contre les lèvres de ma chatte, alors que je suce ses petite lèvres me comble. J’ouvre et explore son vagin de mes doigts. Dans la pièce ce n’est que petits cris et feulement de plaisir. Puis nous nous mettons toutes les quttre à nous gouiner et à nous donner du plaisir jusqu’à l’orgasme.Je crois que c’est Marina qui a rapporté de sa chambre un gode. Elle passe sa langue dessus pour mettre la tête du gode contre l’entrée de ma rosette. Lentement, elle pousse les truc à l’intérieur me mon étroit conduit. Sophie et Katia s’occupe de mes seins et de ma bouche. Je gémi d’une force insoupçonnée en criant de plus fort et plus fort. Elle entame alors des vas et viens tout en me titillant le clitoris. Je ressent encore mon orgasme arriver comme une déferlante. Je suis sur le point de non retour quand elle retire entièrement le gode de mon cul et le replante d’un coup au plus profond. J’ai une sorte de convulsion, je me cabre et mon orgasme explose Il me faut quelques minutes pour récupérer pendant lesquelles mes amies en profite pour jouir à leur tour. Nous nous endormons toutes quatre enlacées les une contre les autres.Le lendemain, nous retournons à la plage naturiste. Comme la veille il y a les gars qui avait remarqué mes copines. Une fois de plus, je n’y prête pas plus attention que ça et pendant que mes amies se baignent, je préfère faire de la bronzette. A un moment, dans mon demi sommeil, je ressens comme une présence à mes côtés. J’entrouvre un œil et devine un mecs qui me mate avec insistance. Je me relève sur les coudes, cherche mes copines qui s’ébattent dans l’eau sans faire attention à moi, et remarque que le mec bande comme un âne.Vu que le garçon est plutôt bien monté et canon, c’est difficile de rester indifférente. Je lui souri et demande :« Je vous ai déjà remarqué hier à regarder avec vos pote mes copines ! Je serais curieuse de savoir pour laquelle vous bandez le plus. A moins que se soit pour moi ? »Le gars rougit car il ne devait pas s’attendre à une telle répartit. Je pose un peu plus mes pions et lui dit en rigolant:« Quoi?? Je vous choque?? ».« Heu… Un peu oui. Je…enfin… Je ne suis pas habitué kaçak bahis qu’une femme soit aussi directe. »«  Et alors?? Vous croyez que seul les hommes peuvent draguer ? Une femme a elle aussi ses désirs et ses besoins. »«  Oui bien sûr. »Devant mon attitude, au lieu de fuir, il s’approche dangereusement de moi et sa bite n’est plus qu’à une dizaine de centimètre de mon visage.Je veux ajouter quelque chose, mais il me fourre son engin dans la bouche. Surprise, un instant, je me demande si je ne vais pas fuir et rejoindre mes amies. Mais ce gros sexe dans ma bouche est trop bon. J’ai honte, de me laisser faire, mais j’ai envie d’elle. Je me met alors à le pomper sans me préoccuper des autres personnes sur la plage. C’est fabuleux. Je me mets à mouiller pour cette grosse bite qui emplie ma bouche. Que m’arrive-t-il ? Je trouve ça si bon et si mal de faire ça en public. Maintenant, c’est lui qui prend les raines en me disant :«  Tu sais, quand je t’ai vu déjà hier ? Je me suis dis ; cette salope et ses copines doivent être bonne et j’avais déjà une folle envie de me faire sucer. »Je perds le contrôle de moi-même. Je ne devrais pas faire ça. Je retire son engin de ma bouche et lui dit :«  Elle est décidément d’une belle taille?! Moi aussi j’ai envie de vous sucer ! »Le mâle soupire d’extase. Je le pompe divinement. Je le suce et le lèche comme une vraie pro. Je joue avec sa. Ca me fait un bien fou. Puis je lui lance :« Baisez-moi ! J’ai envie de vous sentir dans ma chatte ! »Ni une ni deux, il me retourne et me prenant pas les hanche, d’un coup de rein, il s’enfonce profondément dans mon vagin dégoulinant de cyprine. Les vas et viens se font plus brutaux au fur et à mesure que notre plaisir augmente ;Je suis une vrai tigresse en chaleur. Je me cambre, me donnant totalement à cet inconnu. Ses pénétrations sont profondes. Je le sens formidablement bien dans mon vagin. Mes seins se balances au rythme de sa chevauchée. Il me les empoigne, les malaxe avec fougue. Il accélère le rythme, et je devine qu’il avoir du mal à se retenir plus longtemps. Il me prend comme un a****l. Il me donne de puissants coups de reins. Nous gémissons de plaisir. Je lui cris presque :«  Oui?! Oui?! Baise-moi plus fort ! Prends moi comme une bête !  J’aime que tu me prenne comme une chienne. Vas-y, lâche-toi ! Souille-moi ! »  Je ne sais pas si c’est le fait de lui avoir parlé de façon aussi grossière, mais il me démonte la chatte avec son gros dard comme un a****l en manque. Ses couilles pleines de foutre claquent contre mon pubis. L’homme se met à beugler comme un veau, sort de mon vagin et expulse un premier jet de sperme sur mon ventre. J’ai atteint mon orgasme quand un deuxième jet atteint mon visage. Je tremble de jouissance. Je me demande quand il va s’arrêter de gicler.Nous restons ainsi un moment. Puis je me rappelle qu’il y a mes copines qui ne doivent pas nous trouver dans cette position. Le mec me remercie et retourne vers ses amis qui semblent-il n’ont pas perdu une miette de nos ébats. Cinq minutes plus tard, Mes copines reviennent à mes côté et sans avoir rien vu, elles me regardent d’un air bizarre.

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir