Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Les carnets de Swann : JulieLe jour où je me suis dépucelé, je ne m’y attendais absolument pas. Je n’étais alors qu’un insignifiant stagiaire de terminale dans un magasin de textile pour femme dont je n’avais rien à faire. Seulement il fallait bien valider le diplôme et j’ai choisi la première entreprise qui m’avait acceptée. Je passais mes journées à cintrer des robes, plier des jeans et des petites culottes en rêvant au soir quand le soleil commencerais à baigner la magasin de sa lumière chaude et qu’il serait l’heure de fermer le magasin, enfin je pouvais retrouver ma vie d’homme digne, sans travail. Mais le soir dans mon lit au lieu de rêver d’ailleurs mon esprit me ramenait sur le lieu de mon ennui, et je voyais alors défiler toutes ses jambes fermes et inconnues qui étaient passées devant moi tout le long du jour pendant que je travaillait péniblement. Vulgaire petites jambes libres et merveilleuses. Certaines étaient nues, d’autres caressées d’un fin collant noir qui remontaient jusqu’à la lisière entre chaire et couture, laissant deviner une merveilleuse petite chatte bien rose prometteuse de doux plaisir que je désespérais de pouvoir connaître un jour. Elles semblaient m’appeler dans la nuit et j’étais obliger de me masturber pour enfin trouver le sommeil. C’était le dernier jour de stage, j’étais épuisé et heureux sex izle de quitter cet endroit pour de bon. J’étais encore plus lent que d’habitude à cause de l’accumulation de toutes ses nuits agitées et l’idée de ne pas toucher de salaire après un mois de travail m’empêchait de faire trop de zèle. La seule chose qui me distrayait un peu c’était de quitter mon poste une fois par heure ou par demie-heure tout dépendait de ma motivation, pour aller aux toilettes, uriner et remonter mon fil Twitter. Quand j’en ressortais parfois, il y avait une cliente derrière les rideaux rouges d’une cabine d’essayage, je voyais alors à ses pieds nus tomber son jean et sa culotte et je restais béat, la bite en éveil, à l’idée qu’une femme se tenait nu tout près de moi. Ce jour là j’ai sursauté quand la cliente est sortis brusquement, elle était encore plus bandante que dans mon esprit, elle s’est exclamé en me tendant sa culotte qui venait tout juste d’embrasser sa douce vulve :- Vous n’auriez pas la même en XS ?À ma ridicule timidité s’ajoutait la fatigue et le peu de sang qui n’avait pas déserté mon cerveau pour ma queue qui commençait à être terriblement à l’étroit dans mon caleçon ne m’a pas permis d’articuler une phrase correct. Je ne me souviens plus de ce que j’ai bredouillé mais elle a sourit en coin en léchant du bout de sa langue anal sex la commissure de ses lèvres si fines et humides avant de partir demander renseignement à ma jeune collègue qui quand la patronne était partie jouait au petite cheffe avec moi. Je baissais toujours les yeux sans protester alors que j’aurais aimé trouer son jean avec ma verge raide de rage pour lui monter qui était vraiment le chef. Mais c’était bien elle qui dominait et son plus grand fantasme était celui de ne jamais coucher avec moi. Je ne sais pas si la cliente qui hante encore mes rêves aujourd’hui m’avait vu bander et si elle avait eu envie de me sucer et je ne le saurais jamais. Je ne sais pas non plus si Alicia ma collègue en me voyant tel que je suis maintenant sauterais sur ma bite. Ce que je sais seulement c’est qu’après ce jour ma vie à totalement changée.Alicia ne faisait pas la fière ce jour là, puisque la patronne était présente et plus énervée encore que jamais. Ses lèvres étaient couverte d’un rouge vif et impeccable comme le reste de son maquillage, elle portait une robe sombre et étroite qui enserrait tout son corps lui aussi sans bavure si ce n’est la cambrure de son cul et le doux relief de ses seins. Ce corps tout transpirant de sexe voulait me voir dans la réserve. Elle a commencée pas m’engueuler et comme bedava porno d’habitude je baissais les yeux :- Bon Swann, ça fait un mois que t’es là et tu tournes toujours à deux à l’heure, moi je m’en fous c’est pas mon problème c’est pour toi que je dis ça, alors je te le dis si tu veux t’en sortir Swann va falloir te bouger le cul !Sa voix s’était étranglée de rage sur la fin de la phrase. À force de baisser les yeux, elle avait baisser les siens aussi et s’était mordu la lèvre de colère mais à l’heure où j’écris je sais qu’il s’agissait d’excitation. – Ah ça y est ! Je sais ce que t’es venu faire ici, t’en a rien à foutre de la vente tu voulais juste mater hein petit pervers !- Heu… Non.. Non !- Tais toi ! Tu bandes. Il est hors de question de voir un pénis en érection dans mon magasin sans qu’il finisse dans ma chatte !Elle a retroussée sa robe, jetée sa culotte de dentelle noire avant de me plaquer au sol et de déboutonner violemment mon pantalon. Sa sauvage entrejambe à aspirée ma queue sans pitié et Julie se mis à faire des vas et viens virulent en se doigtant le clito. Il ne m’aura fallu que deux trois allé retour pour qu’un violent vertige me face déverser tout le contenu de mes couilles dans sa chatte en rage, quand elle s’en est rendu compte elle avait à peine mouiller et s’est relevée pleine d’amertume. – Pour une fois que tu vas vite… Allez tire toi de là, je vais me faire jouir toute seule, pauvre minable !Depuis ce jour je n’ai plus qu’une obsession baiser, baiser et baiser bercé par le doux gémissement d’une femme qui jouit.

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir