Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Blonde

S. Et le cours très particulierS. ouvre la porte, un large sourire sur son visage encadré par une paire de couettes.“Ah, bonjour monsieur, je vous attendais !”Je la reluque de haut en bas d’une façon que j’espère pas trop discrète. Elle a mis un chemisier blanc tout simple, un peu ample, mais semble avoir quelque peu oublié de refermer les derniers boutons, lui créant un décolleté plongeant. Je note mentalement l’absence de soutien gorge. Bon apparemment elle a l’air décidée à ne pas faire les choses à moitié. Elle porte aussi une jupe à carreaux, pas trop longue mais juste assez courte pour laisser entrevoir furtivement la bande sombre des bas qu’elle porte en dessous. J’ai comme dans l’idée qu’elle ne doit pas porter grand chose là dessous non plus… je m’imagine un instant couper court aux civilités et la plaquer tout de suite contre le mur. Je me contiens. C’est moi qui ai eu l’idée de lui proposer ce petit jeu de rôle ; ce serait dommage de tomber les masques tout de suite.J’entre dans son studio et pose ma sacoche sur la table. En bonne élève, elle a déjà étalé de quoi prendre des notes, ainsi que quelques bouquins. Je joue le rôle bien classique du prof particulier… j’écarte une pensée ironique à l’idée que je n’aurais probablement pas les compétences pour en faire un véritable métier : je doute que les acteurs acteurs pornos qui se retrouvent dans le même genre de mise en scène soient tous allés beaucoup plus loin que le bac. Ça ne m’a pourtant pas empêché de prendre les choses un peu à coeur : je lui ai préparé un vrai sujet d’Histoire. Alors oui, le thème est un peu orienté : je vais lui parler de Cléopâtre. LA Cléopâtre, reine d’Egypte celle que tout le monde connaît (probablement mal), femme de pouvoir par excellence, et réputée avoir été une séductrice invétérée. Autant dire que j’ai de la matière pour faire dé****r la conversation.Je commence un petit jeu de questions-réponses auquel elle se prête volontiers, pour commencer tranquillement et aussi pour tester un peu ce qu’elle sait (et donner un peu de substance au jeu de rôle, tant qu’à faire). Je glisse au fur et à mesure des anecdotes bahis firmaları – sans trop me soucier de la véracité historique – qui insistent sur la lubricité du personnage, son goût de la séduction… voire des orgies ? Je vois progressivement s’allumer dans son regard une étincelle qui en dit long : elle visualise très bien tout cela, et elle demande volontiers des détails plus croustillants, que j’invente au fur et à mesure pour satisfaire son imagination. Je crois que ça commence à lui. Elle se mordille parfois la lèvre, joue avec son crayon, croise et décroise les jambes…“Et vous professeur ?- Moi ?- Vous auriez fait quoi à la place de Marc-Antoine ? Une telle femme, si belle et si puissante en même temps, qui fait tout pour coucher avec vous ? Même en sachant sûrement que vous ne l’intéressez pas plus que ça, qu’elle veut juste vous séduire par intérêt politique ?- Je peux difficilement m’imaginer à la place d’un politicien et général comme Marc-Antoine, mais je pense que j’aurais pas fait long feu non plus.- C’est à dire ? – Je peux difficilement dire non à une femme qui sait ce qu’elle veut.- ça c’est une information bonne à savoir…”Elle se mordille la lèvre plus ostensiblement. Elle a l’air décidée à lancer les hostilités on dirait… ça risque de devenir intéressant.Elle se lève et me fixe du regard,tout en faisant mine de rajuster un peu son chemisier. “Un peu d’imagination : je suis Cléopâtre, vous êtes Marc-Antoine. Elle vous dit qu’elle meure d’envie de vous, qu’elle rêve de vous faire passionnément l’amour, que vous lui montriez tous vos talents… vous lui répondez quoi ?” Elle prononce ces mots en commençant à déboutonner le haut de son chemisier, très lentement. Je décide de rester encore un peu dans mon rôle.“Allons mademoiselle, que faites-vous ?? Ce n’est pas très raisonnable, je suis là pour vous faire cours, pas pour m’amuser.” Elle se penche vers moi, laissant entrevoir ses petits seins à travers l’échancrure. Une bouffée de chaleur se concentre entre mes jambes.“C’est dommage, monsieur, moi j’ai très envie de m’amuser un peu avec vous.” Elle se redresse laisse ses mains kaçak iddaa descendre jusqu’en bas de sa jupe et en remonter lentement le bord le long de ses cuisses, découvrant à nouveau la bande de ses bas, puis la peau de son entrejambe… elle la relève jusqu’au dessus du pubis, exposant un petit buisson de poils noirs.Elle sourit largement en croisant mon regard scotché sur elle. Elle laisse retomber la jupe, puis contourne la table en venant droit sur moi, la démarche ondulante, puis me caresse la joue.“Et je sais que vous en avez autant envie que moi….- On ne peut rien vous cacher…”Elle m’enjambe pour s’asseoir sur mes genoux et m’embrasse aussitôt, cherchant ma langue. Ses mains se nouent d’abord derrière ma nuque, mais elles commencent rapidement à attaquer les boutons de ma chemise, à me caresser le torse. Je laisse les miennes plonger dans son chemisier, cherchant ses seins. Je lui arrache un petit cri d’excitation quand je commence à lui pincer les tétons…Elle s’attaque déjà à ma ceinture et à ma braguette. J’aime le tour que prennent les choses, cette petite en veut vraiment. Elle se laisse glisser jusqu’au sol, à genoux, et dégage ma verge de mon pantalon, laissant échapper un petit rire ravi. S. commence par la lécher de la base jusqu’au gland puis titille ce dernier du bout de la langue, me regardant droit dans les yeux… et l’enfourne soudain dans sa bouche. S’activant sur le membre, elle me pompe avec application, avec un petit bruit de succion absolument délicieux chaque fois que sa bouche m’aspire. Sa langue qui me caresse le gland me rend fou, je serais bien tenté de me laisser faire encore un peu… mais elle semble avoir autre chose en tête. Après s’être amusée de la sorte quelques minutes, elle cesse son intense fellation, se débarasse rapidement de ses derniers vêtements et att**** une capote je ne sais où. Je la laisse dérouler le latex sur la verge, ayant déjà une petite idée de la suite des évènements… quand elle se relève, balance par terre tout ce qui traînait sur la table et se hisse dessus, face à moi, les jambes largement écartées, en commençant à se caresser le clito. kaçak bahis “Baise-moi. Maintenant. Donne moi ta queue, je meurs d’envie de la sentir au fond de ma chatte…”Je l’ai dit, je n’ai jamais pu résister à une femme qui sait ce qu’elle veut. Encore moins quand elle me parle comme ça. Je me lève de ma chaise, vire mon pantalon pour être plus à l’aise et viens vers elle. Je frotte mon gland contre sa vulve… cette petite cochonne est déjà complètement trempée… c’est le seul fait de me sucer qui l’a mise dans un état pareil, ou elle anticipe depuis tout à l’heure ? Je m’enfonce en elle, la faisait gémir de plaisir. Nous y voilà… je commence à aller et venir, profondément, agrippant ses jambes pour les appuyer sur mes épaules, ce qui rend la pénétration encore plus profonde. Elle accompagne chacun de mes coups de bite d’un cri de plaisir franchement encourageant, et ne résiste bientôt pas à l’envie de se caresser en même temps. Ses doigts s’activent sur son clito, l’amenant à pousser des cris de plus en plus désordonnés. J’accélère le rythme, sentant venir le dénouement. Elle se tait soudain quand la première vague de son orgasme la fait se contracter toute entière… puis crie comme une possédée, sa main libre serrée à s’en faire péter les jointures sur le bords de la table. J’attends que ses cris s’espacent et que son corps se détende un peu pour ressortir de son sexe, un peu haletant.“Putain qu’est-ce que c’était bon… merci beaucoup professeur… Oh, mais vous êtes encore tout tendu, je peux faire quelque chose pour vous ? Tout ce que vous voudrez, dit-elle avec un clin d’oeil.- J’adorerais finir sur tes seins.- Avec grand plaisir !”Encore haletante, elle se laisse glisse sur le sol, à genoux face à moi. Je retire la capote et me branle vigoureusement devant elle tandis qu’elle se caresse les seins d’un air franchement lubrique. Il ne me faut pas longtemps pour jouir à mon tour, avec un grognement de plaisir à la limite du râle tandis que le spermet lui dessine un collier de perle du plus bel effet sur sa poitrine complaisamment cambrée vers moi. Elle s’approche pour lécher la dernière goutte de sperme à même le gland.“Merci encore professeur, c’était vraiment un cours très intéressant. J’espère que j’aurais une bonne note à l’évaluation ?”Mais bordel, pourquoi j’ai pas fait carrière dans l’enseignement, moi, déjà ?

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir